Objectifs

Etudier les dynamiques de formation et d’interaction des sociétés sud-américaines depuis les guerrier Mochechasseurs-cueilleurs jusqu’aux sociétés étatiques. Cet enseignement  interdisciplinaire et international intègre les approches de quatre écoles : Argentine, Brésil, Chili, Pérou et France. Ce master fournira les outils nécessaires à un professionnel de qualité, capable de confronter des problématiques sociales à diverses échelles, en gardant une approche théorique et méthodologique commune. Les sociétés Sud-Américaines seront portées comme projets pour modéliser des systèmes en fonctionnement (comportements, productions, organisations).

Débouchés

Les diplômés pourront prétendre aux emplois de :

  • ingénieur au CNRS, à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), à l’Université, à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), et aux organismes de recherche sud américains (CONICET- CONICYT-CNPq)
  • chargé de mission, animateur ou autre personnel attaché aux projets reliés à la protection du patrimoine archéologique aux ONG nationales ou internationales en particulier en Amérique du Sud
  • ingénieur conseil en impact environnemental auprès des collectivités locales : gestion, analyse et résolution de problèmes liés à la protection du patrimoine archéologique, à l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie
  • chargé de médiation scientifique pour vulgariser des connaissances scientifiques
    auprès du grand public via les supports journalistiques ou muséographiques,
    journaliste scientifique
  • conservateur ou conservateur adjoint dans un musée d’archéologie

Après une thèse de doctorat :

  • enseignant-chercheur à l’Université en Europe ou en Amérique du Sud
  • chercheur au CNRS, à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et dans les organismes de recherche sud américains (CONICET- CONICIT CNPq)